Loading...

Audit SEO : la Checklist

Voici un petit récapitulatif des points à analyser lors d’un audit SEO. Cette liste n’est pas exhaustive, n’hésitez pas à contribuer pour l’enrichir en commentant cet article ! De mon côté, je continuerai à l’enrichir au gré de mes expériences.

Avant toute chose, pensez toujours à définir vos objectifs (sortir d’une pénalité, résoudre un problème de netlinking négatif, se comparer avec un concurrent, obtenir plus de ventes via le SEO, vérifier la qualité des contenus,…). Cette étape est indispensable pour orienter votre audit.

Les critères on-site

– L’architecture de votre site. Vos pages doivent être faciles à crawler, l’arborescence doit être intuitive, les balises et les URLs pertinentes et la hiérarchie des pages est clairement distribuée et indiquée par le maillage interne. Pour cela, j’utilise le très bon outil Oncrawl.

Il faut également analyser la navigation : position et la structuration du menu : présence de catégories et de sous-catégories, facilité à accéder aux pages recherchées, intitulés des catégories,…

S’intéresser aussi à la qualité du moteur de recherche interne (plus de 50 % des internautes l’utilisent au cours de leur visite) : pertinence des résultats affichés, prise en compte des fautes d’écriture, singulier/pluriel… Pensez également à auditer les statistiques de la recherche interne, on peut y trouver des opportunités en termes de mots clés à traiter (requêtes intéressantes pour lesquelles il n’y a aucun contenu sur le site).

– La qualité de votre contenu. Ce n’est plus un secret, les moteurs de recherche aiment le contenu de qualité. Il faut déjà vérifier que vous ayez une matrice sémantique (liste de mots clés). Je ne vais pas m’étendre sur l’étude mots clés mais vous pouvez notammen utiliser les outils suivants pour vous aider dans votre recherche (, , , …). Votre contenu doit être FRAIS, à valeur ajoutée, non dupliqué (vérifier qu’il n’y ait pas de pages dupliquées avec un crawler du site Screaming Frog par ex) et riche (300 ou 400 mots au minimum). Veillez aussi à bien utiliser vos mots clés dans les balises et autres zones chaudes de la page (cf.infographie sur les zones SEO d’une page). Vous trouverez également plein d’infos sur le cocon sémantique ici, point stratégique pour votre SEO. Pour tester rapidement le contenu d’une page, j’utilise notamment un outil top : alyze.info.

Il faut analyser en priorité les pages clés (gabarits clés) : page d’accueil, page catégorie/page produit/parcours d’achat (si site e-commerce), store locator (pour le SEO géolocalisé), page contact, page de contenu (blog/article…), landing pages… Intéressez-vous aussi à l’expérience utilisateur en regardant si les critères basiques de l’ergonomie sont bien respectés (“bon sens”) : tunnel de conversion etc.

Oui je sais, cela fait déjà beaucoup de choses, mais ce n’est pas encore fini…

– Le temps de chargement de vos pages. Tout le monde le sait, nous sommes impatients. Si une page met plus de 2 secondes à s’afficher, on la quitte et hop votre taux de rebond augmente… En plus, Google pénalise les sites les plus lents. Il faut optimiser le poids de vos page. Vous pouvez notamment utiliser PageSpeed pour analyser le temps de chargement de vos pages et obtenir des conseils.

– La compatibilité mobile de votre site. Il doit être mobile-friendly ! Pour rappel, plus d’un tiers du trafic est issu des appareils mobiles, smartphones et tablettes. Il est indispensable que l’affichage de vos pages soient optimal quels que soit le support et la configuration de l’écran de l’utilisateur. Vous pouvez notamment utiliser cet outil de Google pour tester la compatibilité de votre site sur mobile.

– Le CMS. On l’oublie souvent dans les audits SEO ! Est-ce que l’on peut éditer facilement les champs liés au SEO et par page ? (Title, Meta Description, URL…), peut-on modifier/ajouter du contenu sans passer par l’équipe technique ? etc. Demandez tout ce dont vous avez besoin pour gérer votre SEO au quotidien en toute indépendance.

Les critères off-site

Le netlinking. L’autorité de votre site dans son domaine d’activité est notamment évaluée à travers la qualité de ses liens entrants (backlinks) : autorité et qualité du site d’origine, proximité thématique, équilibre do follow/no follow, aspect naturel des liens et des ancres (pas de suroptimisation). Pour analyser le netlinking d’un site, j’utilise notamment Majestic.

Les réseaux sociaux (Facebook, Youtube, Twitter…) sont-ils exploités ? Est-ce qu’il y a une roadmap ? Analyser le niveau d’engagement des utilisateurs, la fréquence des publications etc

Les statistiques

J’ajoute aussi qu’il faut analyser le trafic de votre site via votre compte Analytics en zoomant sur les KPIs SEO et bien utiliser la Search Console (Google Webmaster Tools). Elle vous permettra de vérifier beaucoup d’éléments dont votre sitemap.xml, robots.txt, la présence éventuelle d’erreurs HTML, la fréquence de crawl de Googlebot, la présence éventuelle de duplication interne, l’utilisation des Rich Snippets, la gestion des langues…

Vous pouvez aussi utiliser l’excellent outil (payant) SEMrush pour avoir un aperçu de votre trafic SEO actuel vs celui de vos concurrents et analyser votre positionnement actuel dans Google.

Cet article du JDNET m’a notamment inspirée.

You might also like

No Comments

Leave a Reply